Ode à la lune (jlm)

 img-46.jpg

# Lune, cyclope dans la nuit

ton gros oeil morne et livide

sans cils, sans paupière, vide

noire et froide lumière, luit

 

# Lune de petite vertu

impudique et nue dans l’espace

tu dévoiles tantôt ta face

belle infidèle, tantôt ton cul

qui se ressemblent étrangement

que tu soies rousse, pleine ou croissant

 

# Il paraîtrait qu’auréolée

tu aurais le moral chagrin

Un dicton populaire dit

que Pierrot, nuage à la main

essuierait tes sanglots de pluie

astre sensible et mal-aimé

 

# On dit aussi qu’envers la terre

tu éprouves forte attraction

et que les marées de la mer

vont, viennent selon tes pulsions

 

# On dit encor’-mais c’est pas vrai-

que tu craindrais que le soleil

te fasse fondre en un clin d’oeil

et c’est pour ça que tu fuirais

dans ta ronde perpétuelle

devant l’astre-roi éternel

 

# Enfin on pourrait supposer

que tu joues avec ta santé

ne dormant pas de la journée

On te voit là-haut, hébétée

le teint blafard et grise mine

les traits tirés d’un triste mime

 

# Lune, tu intrigues et fascines

et si tu n’étais pas épinglée

chaque soir sur le ciel étoilé

et bien, sais-tu, tu nous manquerais

 

jlm

  

 

 

 

  

   

 

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»